Un samedi soir au Nez Rouge ? Mieux vaut ne pas s’y aventurer sans réservation. Devant nous, moulte duo se font gentiment repousser vers la porte faute de pouvoir trouver une table libre dans ce bar à vin version gastro aussi simple qu’avenant. Mais nous avons su donner ce précieux coup de téléphone, et prenons donc une place enviée au fond du restaurant.

Un accueil serviable et sympathique. Quoi de plus enquiquinant que deux journalistes en goguette un soir de week end ? Et oui, nous sommes de ceux qui ne posent que rarement le stylo, surtout en maniant la fourchette… Mais nous sommes aussi de ceux qui oublient très souvent leur tête. Bref, il aura fallu l’intervention d’un des cuistots pour pouvoir attacher avec le sien notre vélo. Oublier les clés de l’antivol aurait pu gâcher la soirée, mais c’était sans compter sur l’incrédulité certes, mais sur la rapide compréhension et l’aide précieuse des employés de Nez Rouge. Une fois assurés de retrouver notre monture, nous pouvons nous asseoir et commander tranquillement.

Nez Rouge 2Un nouveau chef aux petits oignons. Fraichement débarqué de Paris, Manu a été débauché dans un bistrot des vins nature. Un petit, tout petit monde… Sa carte est dressée sans façon, à la craie sur un tableau que l’on vous pose tout à coté. Pas de récitation trop exhaustive, le choix se limite à trois ou quatre plats. On fait de même pour les entrées et les desserts. On se dit que cela reste de bon augure quant à l’utilisation de produits frais. Les prix, eux, sont un petit peu plus ensoleillés… Nous décidons donc de partager gourmandise et entremet. Nous débutons donc ensemble avec la Poêlée de cèpes, girolles et pleurotes, œuf mollet et Salinou. C’est goûteux, certes un peu liquide mais très bien assaisonnés. La suite est à base de poisson. Thon rouge et taboulé de quinoa ou bien dorade, sauce à l’oseille et chips de cèleri. On s’en lèche les doigts. On est reprendrai bien encore… D’autant qu’il faut partager le dessert ! Un tiramisu aux noisettes aussi fondant que délicat…

Des vins naturels qui forgent une identité. Vous l’aurez donc compris, Le Nez Rouge, n’est pas seulement un lieu où l’on mange bien. On prête attention à son verre, autant qu’à son assiette. Car ici, c’est plus de 300 références de vins en provenance de toute la France, mais pas que… Et derrière un serveur se cache surtout un sommelier, spécialiste des vins naturels, élevés sans levure et sans soufre, en agriculture raisonnée ou en biodynamie, c’est à intégrée dans un environnement global (régénération des sols, cohabitation avec d’autres cultures et élevages, respect des cycles du soleil et de la lune…) Et oui, les vignerons qu’ils défendent laissent faire au maximum la nature ! Nous optons donc pour Le vin des Amis, (puisque c’est ce que nous sommes) du Mas Cantelou, un vin rouge made in Languedoc, gourmand, convivial et sans sulfite… De quoi nous égayer, sans que le lendemain déchante… La soirée, ne fait que commencer !

> Le nez rouge, 2 Rue des couteliers 31000 Toulouse. Tel. 05 61 25 83 42. www.le-nez-rouge.net