La lune Bleue ToulouseParce qu’ils convoitent une place dans la future halle gourmande de la Cartoucherie, plusieurs chefs de restaurants toulousains passent leur galop d’essai, le jeudi soir à la Lune Bleue. Un partenariat original pour un restaurant pop-up qui tire son épingle du jeu. Et nous, on goûte… et on vote !

Candidats à la future halle gourmande

Vous vous souvenez certainement du Blind Taste, organisé en octobre dernier à la Cartoucherie ? Mais si, une grande soirée gourmande où le public était invité à goûter les petits plats street food des candidats à la future halle gourmande. Celle qui devrait ouvrir ses portes en 2021. Elle était principalement dédiée au projets culinaires en devenir et invitait le public à voter pour celles qu’il voulait voir se concrétiser. Et bien, le second round de l’opération est lancé. Cette fois, il s’agit de donner leur chance à des restaurateurs déjà installés dans la Ville rose et qui prétendent, eux aussi, à l’obtention d’une place de choix dans la future halle gourmande. Alors, pour déguster et valider leurs propositions culinaires, ils sont invités, à tour de rôle, le jeudi soir, à prendre le contrôle des cuisines de la Lune Bleue.Lune Bleue toulouse

La lune Bleue

Mais la Lune Bleue, vous me direz, c’est quoi ? C’est une Société Coopérative d’Intérêt Collectif, installée dans les anciens locaux du Vélane qui fut ensuite le Bar & vous. Il réunit des développeurs informatiques, entrepreneurs, designers, chercheurs, et artistes à la fibre écolo qui se sont donnés pour objectif d’accompagner les PME dans leur développement et leur communication. « Un état d’esprit qui correspond entièrement avec ce que nous souhaitons véhiculer dans le futur tiers-lieu de la Cartoucherie », explique Cécile Bouissou, responsable de la communication.

Et la cuisine dans tout ça ? En plus des espaces de coworking et du studio créatif, La Lune Bleue se transforme tous les midis en auberge de 30 couverts. Une sorte de table d’hôtes proposant chaque jour, deux entrée, deux desserts, deux plats, dont un végétarien. Dans la lignée de la philosophie du lieu, le cuistot travaille les produits locaux, de saison et si possibles bio.

Opération « on a mangé sur la lune »

Depuis maintenant deux semaines, le jeudi soir, l’auberge accueille donc un restaurant pop-up, investi par les candidats à la halle gourmande. Et dès le premier soir, avec les copains, on était là, pour goûter les petites douceurs de Mika, le chef du Rocher de la vierge. Entre autres réjouissances, nous avons dégusté un fricassé d’andouillette, un croustillant de cervelle et des ris d’agneau (25€). Un choix d’abats audacieux et des plats bien exécutés qui s’ils ne correspondent pas aux goûts de tous, ont le mérite de coller à ma vision de cette future halle gourmande : disposer d’une proposition culinaire variée, originale et différentiante qui nous fera nous déplacer jusque dans ce nouveau quartier.

A vos fourchettes ! Il reste encore de chouettes rendez-vous. Cette semaine, c’est avec les filles de Silex & Fourchette : pour découvrir, si vous ne connaissez pas déjà, la cuisine paléo. Ensuite on fêtera la Chandeleur avec la Migoudène. Pour la suite. Surprise. Vous risquez de m’y croiser.

3 place Montoulieu, 31 000 Toulouse. Infos sur : https://www.facebook.com/hallescartoucherietoulouse