Lorsque Christophe et sa femme m’ont contacté, mes bras m’en sont un peu tombés. Il faut dire que l’homme ne m’était pas inconnu et que sa demande était complimentée. La promesse, elle, était alléchante. Une invitation à découvrir les deux chambres d’hôte que le couple a crée il y a quelques mois au 7 rue de la Dalbade, au cœur même de leur appartement. Et à vous qui venez à Toulouse, je peux vous le révéler : un pas dans la cour, deux pas sur la terrasse, trois pas dans le salon vous suffiront à tomber sous le charme de votre destination.
« Je suis le professeur le plus endetté de France » s’amuse à raconter Christophe Alcantara lorsqu’il m’invite à prendre l’ascenseur qui dessert directement ses appartements, situés au dernier étage d’un ancien hôtel particulier, quartier des Carmes. Vous l’aurez peut-être deviné, Monsieur Alcantara est l’un de mes anciens professeurs d’université… Alors, juste après qu’il m’ait contacté pour me parler de son projet, avec les copines, sur les réseaux sociaux, on a fait une AG. Et on a décidé que je DEVAIS y aller. Ce qu’on se disait ? « L’heure de la revanche a sonnée ! »
contact-le7Mais voilà, une fois le palier de l’appartement passé, je ravale ma salive et ma fierté. L’endroit est à la fois surprenant, spacieux et charmant. Je me verrai bien habiter dedans. Et lorsque la visite commence, je redeviens l’élève aux crocs ramollis, « mon petit », comme il dit. Et les yeux écarquillés j’observe le moindre recoin avec avidité. Le salon fait déjà deux fois mon appartement. C’est ici que les invités prennent leur petit déjeuner, tous ensemble autour de la grande table ronde. On y sert du pain frais, des viennoiseries, des confitures, un gâteau maison et des boissons à discrétion. Des produits biologiques, la plupart du temps. Dans le reste de la pièce, un grand canapé, une belle cheminée et une immense bibliothèque sont les piliers d’un espace épuré où les meubles anciens viennent dévergonder une architecture modernisée. Et en fond, une petite musique jazz vient distiller une atmosphère chaloupée.
Pour découvrir les chambres, il faut rebrousser chemin. En effet, la propriété d’Anne et Christophe, située au dernier étage de l’ancien hôtel de Capitoul, forme un grand U qui embrasse les contours de d’une grande cour intérieure. Il faut donc retourner sur le pallier, passer un première puis une deuxième porte et pénétrer dans un couloir étroit parsemé de tommettes. Au fond, ce sont les appartements privés des propriétaires. Mais entre temps, nous aurons croisé les portes des deux chambres d’hôtes. Une fois dedans, une seule constatation : elles sont à l’image du reste de la maison. Cosy, aérées, joliment décorées, elles proposent un mélange de tradition et de modernité. Les meubles chinés dans l’Aveyron côtoient la télé écran plat et la machine à café dernière génération. Mais c’est aussi le souci du détail, qui fait l’âme des pièces. Christophe Alcantara a joué la carte concept : il y a donc la chambre Aéropostale et la chambre Pastel, parsemés de clins d’œil rendant hommage à notre patrimoine.
Et puis surtout, il y a la terrasse, sur les toits de la Dalbade, où les apéros et les petits déjeuners se succèdent l’un après l’autre en été. La vue y est imprenable. S’il ne faisait pas si froid, je pourrais y rester et essayer de deviner les monuments de la ville qui s’offrent à moi. Mais il faut descendre dans le salon pour se réchauffer. Le temps de demander pourquoi Anne et Christophe Alcantara se sont lancés dans un gigantesque projet comme celui-là. Un rêve de toujours ? Même pas… Une opportunité d’achat groupé qui ne se refusait pas. De l’énergie pour entreprendre des travaux monumentaux, qui ont duré huit mois. Et une envie d’accueillir et de partager avec les curieux les secrets, les coups de cœur toulousains et la vie du quartier. Mais au rythme de la vie de la famille. Pour garder le goût de recevoir avec enthousiasme et disponibilité. Parler de Toulouse avec le sourire. Et laisser au visiteur le soin de vivre une expérience plus douce, plus conviviale, plus authentique, plus à l’image de la ville…
> 7 rue de la Dalbade, , 31000 Toulouse. www.lestoitsdeladalbade.com
Tarifs : Octobre à avril : 90€/nuit/chambre – Mai à septembre : 110€/nuit/chambre
Réservez au : 06 22 25 57 98