Des ventes privées qui cassent la baraque, c’est avec la marque Toulousaine « Baraque à Fripes » imaginée par Cindy et Claire. J’ai eu l’opportunité de participer à l’une d’entres elles où j’ai pu découvrir une palette de vêtements tendances et vintage. Je vous raconte.

Baraque à fripes, c’est quoi ?

C’est d’abord une boutique en ligne qui propose des pièces tendances et uniques. A l’origine, c’est le concept de deux amies Cindy et Claire : « nous étions vendeuses dans la même boutique. On  a toujours été passionnées par la mode », confie Claire. « Au début on chinait toutes les deux pour nous. Au bout d’une moment, on s’est dit : pourquoi ne pas partager ça avec d’autres personnes ? ».  Elles ont donc présenté leurs trouvailles à leur entourage proche, à leurs amies puis elles se sont lancées il y a deux ans.

Aujourd’hui, les deux jeunes femmes sont fières d’être à la tête de leur propre marque. Et leur projet est d’autant plus original qu’elles ne se contentent pas  de vendre sur internet. Elles organisent également des ventes privées, une fois par mois : « Ce qui nous plaît dans cette initiative, c’est de rencontrer nos clientes, leur faire découvrir toutes nos nouveautés, avec d’avantage d’articles et des exclus qu’on ne trouve pas sur le site ».

Dans les coulisses de la vente privée

C’est donc dans un charmant appartement, stylé à l’image des deux jeunes femmes, que se déroule la vente privée du mois de juin. Claire m’ouvre les portes de son appartement, avec un grand sourire et vêtue d’un petit chemisier rouge vintage. D’ailleurs ici, les chemisiers colorés ou fleuris se vendent comme des petits pains – entre 15 et 20€ !

L’ambiance est conviviale et intimiste. Une vingtaine de participantes font leur shopping au féminin, en dégustant des cookies maison. Le vrai atout, c’est de pouvoir avoir le vêtement en main – car en général les soucis de taille freinent les achats sur Internet. Essayer, c’est être certaine de bien adopter ! Et puis, la formule Baraque à fripes, c’est aussi un bon compromis pour celles qui n’aiment pas fouiner dans les friperies. Là, c’est Cindy et Claire, les professionnelles, qui s’occupent de chiner des pépites. Et elles insistent : « si une pièce ne nous plaît pas, à nous, on ne la présente pas. »

Des pièces inédites éthique et abordable.

La philosophie des filles « ne pas s’enfermer dans un style en particulier ». Durant les ventes privées, on peut aussi bien trouver des  chemisiers « seventies » que des vestes de survêts qui vous plongent illico en 1990. Sur les portants on retrouve des articles de toutes les époques avec une vrai parti pris : « On a une passion pour le pastel, ça devient notre signature », admet Claire. Le coté « seconde main » leur tient énormément à cœur : « c’était important pour nous de proposer des vêtements éthiques qui circulent, qui on déjà eu une vie ». Et donc qui n’augmente pas la pollution engendrée par la fabrication de vêtements neufs.

Les jeunes femmes chinent tous les dimanches à Toulouse, Marseille ou Paris. « On rapporte aussi des pièces de chacun de nos voyages Lisbonne, New York, San Francisco ». Quant à moi, j’ai craqué pour une chemise pastel et j’aime l’idée qu’elle a peut être fait le tour du globe. « Si les univers colorés et frais vous plaisent vous aller forcement trouver votre bonheur à la maison Baraque à fripes » : prenez les conseils de Claire et de Cindy au pied de la lettre. Mettez un pied dans leur monde. Surtout, n’hésiter pas à les contacter sur les réseaux sociaux pour avoir l’adresse de leur prochaine vente privée – en centre ville ! C’est comme cela que ça se fait !

www.baraqueafripes.fr