Quinze ans que Festival Cinespaña propose au public de découvrir le meilleur de la production espagnole récente et passée, ça valait bien une récompense ! Cette année, ragaillardi par le Prix de l’Académie des Sciences et des Arts Cinématographiques espagnol mais profondément touché par le décès de son parrain, Jorge Semprun, le festival offre une place toute particulière à la femme dans le cinéma.

Cette année, il y aura moins de films projetés et seulement sept longs métrages en compétition officielle. Les autres films espagnols de l’année, déjà acheté en France, ne peuvent n’ont donc pas pu participé. Mais la sélection, les documentaires, les courts-métrages et les temps forts prévus par l’organisation valent un détour vers les salles obscures. L’axe principal du festival fera d’ailleurs la part belle aux femmes dans le cinéma espagnol, avec notamment un coup de projecteur sur les années 1940 à 1990 ainsi que l’œuvre de Pilat Mirò. L’acteur Juan Diego Botto sera l’invité d’honneur du festival tout comme Diego Galàn a qui les organisateurs ont laissé la « carte blanche » déjà inaugurée lors de l’édition précédente.

Éclectique, le festival aborde également les thèmes de la mémoire républicaine espagnole et de la tauromachie. La dernière séance verra des films fantastiques projetés tous les soirs à 22h30 à la cinémathèque pour une expérience originale. Le festival sera aussi l’occasion de rencontres professionnelles, scolaires, de discussions épistolaires, d’expositions et de chansons. Cette année, c’est à 19H00 que démarreront les apéros concerts dans la cour de la cinémathèque. Le festival fera dans cet établissement sa soirée de clôture. Fini pour l’UGC. « Des questions budgétaires » explique Patrick Bernabé, vice président et programmateur de ce seizième Cinespaña. La buena nueva…

www.cinespagnol.com/new