Restaurant

Tag

LET’S MEAT : Le Louchebem

Comment ça ? Je n’avais pas essayé le traditionnel repas du dimanche au premier étage des Halles du marché Victor Hugo ? Bah non. J’ai pourtant habité pendant un an juste en face, profitant du réveil matin à base de mégaphone, grand déballage, et noctambules venus rassasier leur gueule de bois. Il était temps de trouver la bonne occasion. J’ai donc rameuté papi, ancien cheminot ayant connu les déjeuners matinaux au dessus du marché Victor Hugo, ajouté mes parents, pas toujours ravis de passer un dimanche pluvieux au centre ville, et un petit ami regrettant de s’être levé trop tôt. Un bon repas en perspective.
2

LA PELOUSE INTERDITE

On m’en avait parlé me mettant l’eau à la bouche. Ce petit lieu un peu caché, un peu secret où les toulousains futés viennent passer leurs soirées d’été en dégustant un repas digne de ce nom. La Pelouse Interdite. Pas de pub. Peu d’indications. Mais un monde fou. Ça sentait bon le bon plan. Alléchés nous sommes entrés. Et puis…
0

LE KUMQUAT

1
Ok, il se situe dans une zone d’entreprises sans charme aucun. Ok, il n’est même pas à Toulouse. Mais bon à Blagnac, soyez sympa, on reste quand même en milieu urbain. Ok, j’y vais parce que je bosse juste à coté et qu’à par ça… ben y a trop rien. Mais le Kumquat, c’est bon, c’est plein d’idées et j’irai plus souvent, si mon portefeuille le voulait bien…

CHEZ NAVARRE : Table d’hôte

0
Longtemps il y avait. Bien longtemps que je voulais m’assoir avec une poignée de bons amis autour de la grande table robuste qui trône au milieu de ce restaurant qu’on appelle Chez Navarre. Il a fallu attendre l’été pour s’installer prés de la vieille cheminée. Pour goûter aux plats de tradition préparés avec sympathie par le cuisto de la table d’hôte la plus rustique et insolite des Carmes. On mange. On boit. On rit. On se sent bien. On prend son temps….

OKINI, restaurant japonais

1
Véritable restaurant et salon de thé japonais à Toulouse, Okini est une invitation à la découverte et au voyage.

LE MOTCHIYA

3
Tant de temps que je voulais y aller : pousser la porte de cette petite échoppe à la vitrine colorée, tranquille et raffinée. Le Motchiya. Ouvert seulement les midis de la semaine, ce petit restaurant japonais fait la tristesse de ceux qui travaillent en périphérie. Il faut donc bien s’accorder quelques vacances pour trouver, avec un peu de chance, de la place devant le comptoir bien rempli. Ca y est ! Youpi !

AU CASANOU

4
En fait, on avait un truc à fêter. Oui, un truc qui valait assez un bon resto. Alors on écoute les conseils des amis. Et puis, nous voulons profiter de l’occasion pour découvrir un lieu charmant et inédit. Le « Casanou », on nous dit. Un petit restaurant de poisson situé dans la jolie rue des Couteliers. Banco, je dis oui ! Et c’est parti…