Prendre d’assaut les cuisines d’un restaurant le temps d’une journée, pour la préparation d’un menu qui ravira vos hôtes d’un soir: voilà ce que propose, une fois par mois, le Chronic Argo aux apprentis cuisiniers. Loin d’avoir eu le courage de me mettre au fourneaux pour cet événement éphémère, je me suis invitées à la popote de Marine, bloggeuse aux Saveurs Espiègles. Miam !

On arrive devant le Chronic Argo avec mon frère qui se demande bien dans quel plan douteux nous allons encore nous fourrer. Parce qu’à nous deux, nous sommes quasiment l’assurance d’un rebondissement malheureux à toute histoire qui s’annonce à la base sans complication. Mais nous sommes courageux. Nous récidivons fréquemment.  Et puis j’imaginais bien que dans popote il y avait pote et que Popotes à tableni d’Ève ni d’Adam je ne connaissais la jeune fille au menu appétissant. Et quand la drama queen familly tape l’incruste… Cela donne ça.

L’accueil est fort charmant au Chronic Argo où finalement, de petits groupes s’agitent sans forcément  n’en former qu’un seul. Le concept, directement importé de Paris par Emilie et Franck, les maitres des lieux, semble trouver son client. L’inscription se fait au bar. Nous avions réservé avant. Un petit verre de sangria bien fraiche pour l’apéro et un ballon de rouge pour accompagner le repas viennent s’apposer au prix du menu qui affiche en douceur : 12 euros, entrée plat dessert. As de trèfle. Roi de cœur. Pince à linge. Vous comprendrez.popotes1

Dans la salle, deux longues tablées nous attendent. Nous nous asseyons donc à coté de l’inconnu. Espérons que la chance soit au rendez-vous. Mais ne comptons pas trop dessus non plus… De toute façon, nous avons mis un code en place avec le serveur et je choisis une chaise qui me permet de le garder en face. Un signe royal de la main en cas de détresse sociale. Qui finalement…ne s’avèrera ni efficace ni nécessaire.

En cuisine, Marine s’agite. Elle y est depuis 10h ce matin. Aidé de Franck, le chef cuistot, elle nous prépare une popote de tous les diables. Le Chronic Argo lui prête les lieux, se charge de la liste des courses, l’apprentie cuisinière elle, se charge de se mettre aux fourneaux. Les blogueusesVelouté de carottes sont arrivés (c’est un peu leur QG), on peut commencer. J’échange donc mon as de trèfle contre un velouté de carottes et sa brochette de lard fumé au miel. Mon frère démarre avec humour la conversation. C’est bon

La suite est de même ton : roi de cœur contre ravioles fraiches et sa julienne de légumes. Marine a collé les ravioles une bonne partie de la journée. Bien lui en a pris. Elles sont goûteuses, fondantes et donnent du relief à un accompagnement qui manque un peu de piquant. Les compliments se succèdent à notre table. La soirée se déroule et mon frère et moi commençons à penser que cette fois, nous avons opté pour une place de choix. Nos voisins sont drôles et agréables. Nous passons un bon moment même si les amitiés, comme le chef seront sans doute éphémères.

Mais point de nostalgie mal dégrossie : passons au dessert. C’est au tour d’échanger la pince à linge contre une assiette de crumble pomme-kiwi et sa mousse au chocolat. Contenant et présentation familiale, mais le goût est là. Un touche d’acidité pour finir le repas. On félicite Marine, et on se surprends à vouloir rester attablé… pour partir les derniers. On a finalement formé une belle équipe… prête à renouveler l’expérience. On squatte la popote de qui, au mois de mai ?

> www.chronic-argo.com
> saveurs-espiegles.blogspot.fr