C’est “the Resto to Eat” du moment. On y croise cultureux, designers, blogueurs, restaurateurs… Pourtant, le Rocher de La Vierge ne paye pas de mine, engoncé dans un rebord d’Arnaud Bernard, à quelques pas du Boulevard. Le secret ? Il faut y aller : boire et manger pour le perçer !

Déjà, passeRocher-de-la-vierge-menu la porte du Rocher de la Vierge. Mon conseil : tu auras plus de chance le midi. Pour diner, ce sera jeudi ou vendredi. Avant, aventures-toi dans les contrées d’Arnaud B. Entre un Fast Food et un lycée. Bien sûr, tu auras réservé. Une fois à l’intérieur, tu trouveras certainement le lieu un peu dépareillé. En mode récup, rétro, bistro de quartier. Mais du genre plutôt bien rafistolé. Une vingtaine de places assises. Quelques-unes au comptoir. Une petite cuisine ouverte. Te voici donc au Rocher de la Vierge.

En cuisine et en salle : une toute petite bande de mecs sympathiques et cosmopolites. Le chef vient du Bistrot de l’Esquille. Les autres ? Sans doute de l’un des quatre coins du monde. En attendant, on s’assoie l’un en face de l’autre et un carnet de note fait office de carte. Sur une page neuve sont griffonnés les petits plats que le chef a concocté ce soir. Velouté chou-fleur, gremolata de canard (6€), rognons de veau à la moutarde (8€), hareng extra bien accompagné (6€), parmentier de canard, citrons confits, olives (7€)… Et pour moi, ce sera cassoulet de la mer : Joue de Cabillaud, comme à Tarbes (8€) et Houmous maquereaux fumés, orange (5€). Avec une petite part de tarte Amandine aux poires, 100% Maison. Parce que trois plats, c’est quand même la base, même pour les petites faims. Le tout arrosé d’un verre de vin rouge servi avec malice, flegme, professionnalisme et accent espagnol.

Rocher-de-la-vierge-cassoulet-en2

Au Rocher de la Vierge, on ose donc les petits plats canailles et concoctés maison, l’abat dans tous ces états et les associations originales. Du rustique gourmet. Du rétro moderne. De la boustifaille apprêtée. Bref, si on devait accrocher une figure de style au Rocher, ce serait sans doute l’oxymore. Quand bien même, pas de fausse note. On aime ce mélange des genres qui s’invite jusque dans les assiettes le lundi midi… Avec une cantine vietnamienne à 15€ où vous pourrez retrouver moules, nouilles et pieds de cochon dans une soupe asiatique qui manque un poil de piquant. Et au dessert : cassoulet de Saïgon ! Alors, on y revient quand ?

> 40 Rue Merly, 31000 Toulouse. Tel. 05 34 30 80 38