En fait, on avait un truc à fêter. Oui, un truc qui valait assez un bon resto. Alors on écoute les conseils des amis. Et puis, nous voulons profiter de l’occasion pour découvrir un lieu charmant et inédit. Le « Casanou », on nous dit. Un petit restaurant de poisson situé dans la jolie rue des Couteliers. Banco, je dis oui ! Et c’est parti…
Casanou Le lieu est tamisé, coquet et tout en longueur. L’accueil, a peu près sympathique. La carte ambitieuse tout comme les tarifs… Nous y trouvons effectivement du poisson et beaucoup d’influences asiatiques. Tout cela donne envie. À 35 euros, je choisis le menu surprise, qui, au final est beaucoup plus complet et moins couteux que la carte. Et puis cela ajoute quelques notes de suspens à cette soirée culinaire et il faut savoir se laisser surprendre, de temps en temps…
Des acras sont servis en amuse-bouches. Quelques minutes plus tard, mon entrée se dévoile: salade de papaille verte, maquereau au basilic thaï et tempuras de légumes. Pas trop mal. Mais bon. Je n’aime pas la coriandre disséminée dans le salade. Et la papaille, n’a pas vraiment de goût. Seules les tempuras se démarquent vraiment, par leur beignet croustillant et la cuisson des légumes. Je goute donc pour la première fois au radis cuit et contre toute attente, je me prends à aimer les navets et betteraves… La sauce en accompagnement est excellente. Pari quasiment réussi !
 Casanou3

La suite est un peu moins entrainante. Du bar au treize épices sur un rizotto de champignons asiatiques. Le bar est un peu gros et j’ai peine à en venir à bout. Le rizotto est lui, très parfumé, bien cuit et bien assaisonné. Pour l’accompagnement donc, pas de faux pas. Mais pour un restaurant spécialisé en poisson…un peu de déception. Pour le dessert ce sera une soupe de fraise orange sanguine et une tarte fine aux poires. Bon. Frais. Sans plus d’éclat. Une petite liqueur de coco citronnelle nous est offerte pour faire passer tout cela !

À la fin du repas, une note de 95 euros me pousse à penser que ce restaurant joue un peu en dessous de la catégorie dans laquelle il veut concourir. C’est bon, certes. Mais les intitulés des plats ainsi que l’étalage d’influences et d’épices sont un peu altiers à la présentation et un peu décevants à la dégustation. Si vous essayez donc ce restaurant, les habitués conseillent plutôt l’assiette Casanou en unique plat (26 euros). Nous sommes quand même partis d’un pas guillerets jusqu’à l’apparition d’un mal de ventre fatal… De là à y voir un rapport…
En définitive, la formule du midi, la table de Bruno, qui consiste à se préparer et/ou manger un bon repas dans la propre cuisine du cuistot me semble être une bien meilleure aventure… Je vous en parlerai quand l’expérience sera tentée !
>  Le Casanou est ayjourd’hui fermé remplacé par Le bon Servant