Cela fait déjà quelques années que je la suis dans les marchés de créateurs de la Ville rose. Loin d’être une aficionados de la mode (on appelle ça fashionista, je crois), je lui ai quand même acheté robes, jupes et manteaux qui restent parmi les « it » de mon placard. Et aujourd’hui, je suis là, devant sa porte, prête à découvrir l’atelier et l’univers de Karine Prior. Et toute son histoire…

Karine, modeuse professionnelle

Styliste de formation, Karine a longtemps travaillé dans les bureaux de style à Paris. Il y a douze ans, elle débarque à Toulouse avec son mari et ses deux filles. « J’étais toujours habillée avec du vintage. Je me suis dis que peut-être, je pourrais me lancer dedans ! ». Alors, il y sept ans, est née la marque Prior K. « Mon mari, webmaster, pouvait rapidement me créer une boutique en ligne. De mon côté, sans trop de budget pour démarrer, je me suis constituée un stock de fripes vintage des années 80, les moins chères ». C’était en fait un sacré coup de flair : la décennie fait aujourd’hui son grand come back. La revente est plus facile.

prior-k-2Mais où se fournit donc Karine ? « Chez un grossiste à Marseille, sur les marchés et dans les vides greniers », dit-elle. Tous les samedis, à 7h du matin, elle est aux puces de Saint-Sernin. Elle cherche aussi des pièces originales dans les friperies de la ville, chez Groucho, dont elle reconnaît l’expertise ou dans le Grenier d’Anaïs. Elle ajoute parfois un bouton, un col, un détail qui fait la différence et donne de l’allure au vêtement. « Via mon site, je permets aussi à des femmes qui habitent des zones moins urbaines d’accéder à des vêtements de type vintage », précise-t-elle.

Des collections stylées et accessibles

Justement qui sont ces femmes qui vident les rayons de sa e-boutique ? « Je dirai qu’elles ont entre 25 et 35 ans. Mais je ne connais vraiment que celles qui viennent me rencontrer sur les événement créateurs ou les salons ». Du coup, pour être certaine de satisfaire le plus largement sa clientèle, elle propose des looks variés sur trois thèmes récurrents: la femme féminine, la femme sportive, la femme urbaine. Et elle prend des clichés.

Côté prix, on reste dans le raisonnable. Prior K a une toute petite collection de luxe mais fait très attention à ce que ses pièces restent accessibles. Si elle cherche l’inspiration avec les collections Haute Couture présentées dans les magazines chaque saison, elle crée des looks tendance pour de petits portefeuilles. Elle axe sur l’originalité et l’authenticité de la pièce plus que sur la marque. Ses « it » pour cet hiver ? L’urban sportwear des années 80 avec un sac banane et un Tshirt Americain. Le glam rock : blouse blanche, pantalon en cuir et nœud cravate. La femme fatale de la fin des années 70 voir du début des années 80.

En tout, une sélection de 50 pièces par saison qu’elle assemble pour créer un univers et un look bien marqué. Karine lance ensuite sa collection chaque saison sur son site Internet, mettant en scène ses vêtements dans son appartement et dans les rues de Toulouse… Son mari à la photo et ses filles, devant la caméra, comme égérie… Et si je vous disais que Prior K était aussi une affaire de famille… Vous me croiriez, n’est-ce pas ?

> www.prior-k.com


garance2016> Retrouvez Prior K les 25 et 26 novembre 2016 au salon Marvejol pour l’événement Garance Voyageuse.