Transformer le chantier du marché Victor-Hugo en galerie d’art à ciel ouvert : c’est l’idée drôlement cool qu’a eu François Bourgon alias Xavier Affineur. Alors, jeudi 19 octobre, 15 graffeurs se sont retrouvés aux abords du marché pour réaliser en live des œuvres symbolisant les commerçants partenaires. Et j’étais là.

Quand il a su que le marché Victor Hugo partait pour deux ans de travaux de modernisation, François Bourgon alias Xavier Affineur (tu sais, le fromager) a proposé une jolie idée : transformer le chantier en galerie d’art à ciel ouvert en accrochant des toiles partout où les travaux prennent place. Son envie profonde ? « Transformer une contrainte en opportunité, mettre en valeur des artistes et… se faire plaisir », m’a-t-il expliqué. Il a donc convaincu une quinzaine de commerçants du quartier de financer chacun une toile. Une toile sensée les représenter.

C’est le collectif Cisart’ qui a réuni les artistes pour réaliser des toiles, uniques et dédiées. Avec un style urbain très affirmé : le graff. Les artistes Korail, ReshOne, Dely, Mezy, Zélie, Snake, Xerou, Emyr, Kali, Spazm, Swed, Shur, Gutter, Miadana et Dspri ont donc proposé leur interprétation artistique et personnelle de la Fromagerie Xavier, de la maison Samaran, des poissonneries Marée Toulousaine et Bellocq, de la Banque Populaire, du Marché d’Intérêt National de Toulouse Métropole, des cafés Baquié, de la boulangerie Beauhair, de la charcuterie Garcia, des Restaurants la Gourmandine, Le Petit San Seb, L’impériale, de la boucherie Marty et des cavistes Chai Vincent et Nicolas.

Et moi ? Et bien j’ai profité jeudi soir d’un happening un peu confidentiel pendant lequel les quinze graffeurs (masculins et féminins) ont réalisé leurs œuvres en live et en musique. J’ai aussi pu grignoter quelques produits de bouche des commerçants du cquartier: fromage, vin rouge et charcuterie. J’étais bien.

Et vous ? Vous, vous pouvez dès à présent profiter des toiles exposées sur les façades du marché. Figuratives, abstraites, graphiques, humoristiques, oniriques : vous vous amuserez à deviner quel commerce se cache derrière les clins des artistes. Et vous avez maintenant deux ans pour tout trouver ! A vos marques, prêts, partez !