Campillo, c’est d’abord une épicerie locale et engagée qui vient d’ouvrir au cœur du quartier des Chalets. Mais Campillo, c’est plus que ça ! C’est un café culturel, un lieu d’exposition, un espace de jeu et de lecture pour petits et grands. Et surtout… c’est le projet de vie de Guillaume et Mélissa qui se concrétise, ici, à Toulouse.

Guillaume et Mélissa, c’est un peu des copains. Pour être précis, ce sont des copains de mon copain Antoine qui habite à Berlin mais que j’ai rencontré à Paris. C’est avec lui que je suis partie en vacances en Lituanie. Tu suis ? Bref, Guillaume et Mélissa, ils sont sympas. Mais tellement plus que ça. Il y a tout juste quelques semaines, ils ont ouvert une épicerie locale et engagée : Campillo ! Ils ont tout construit et réalisé de leurs mains pour transformer ce local de 50m2 en véritable lieu de vie dédié aux bons produits, à la culture et à la convivialité. « Je travaillais dans un musée à Paris et Guillaume dans une épicerie sociale : ici, c’est un peu la rencontre de nos deux univers et le projet de deux épicuriens qui prend vie », explique Mélissa.

Alors chez Campillo, on achète de bons produits, souvent bios, sélectionnés chez des petits
producteurs et fermes dans un rayon de 70 kilomètres autour de Toulouse. Fruits et légumes, crémerie, charcuterie, épicerie salée et sucrée, on trouve un peu de tout en quantité raisonnable. Même du vrac ! Les prix, eux, ne s’envolent pas et 70 % minimum des montants sont reversés pour une rémunération juste du producteur. Campillo propose aussi un tarif spécial de crise pour les personnes en difficultés financière : moins 15% sur les produits de première nécessité.

A côté de la partie épicerie, on trouve un petit café aux couleurs claires et acidulées qui donne envie de rester pour une boisson chaude (à partir de 1,60€), manger une part de gâteau (2,50€) et discuter avec les propriétaires et certains riverains, déjà habitués. On pourra même attraper un bouquin pour une pause lecture ou venir faire un jeu de société entre ami. Pour les enfants, ils ont l’indémodable « Où est Charlie ». « Les livres, les jeux, tout cela vient de la maison, nous avons voulu mettre un peu de chez nous dans cet endroit », continue Mélissa. Et aux Chalets, un lieu comme cela, ça fait du bien !

Aux murs de Campillo, en ce moment: des cyanotypes de Charlotte Georgin représentant des fruits et des légumes. L’exposition sera même accompagnée par un atelier de l’artiste car ici, on ouvre aussi les portes à l’apprentissage et la création. Ateliers d’écriture, tricots… sont aussi accueillis chez Campillo. Mélissa et Guillaume veulent organiser d’autres expositions, des évènements, des rencontres et qui sait ? Peut-être des concerts acoustiques ? Le jeune voisin et son groupe de musique se tiennent déjà sur le qui-vive. !

Et puis… quelques jours par mois… Campillo s’exporte dans d’autres lieux de la ville : pour des marchés fermiers à Itinéraire Bis et à l’Astronef. Lieu de gourmandise, de culture, de convivialité, d’échange, de création, d’ouverture sur la ville. C’est tout ? Pour le moment… mais à ce rythme-là il n’y aura plus qu’à Campillo que je pourrais les voir, Guillaume et Mélissa.

1 Rue Job, 31000 Toulouse. Tel. 09 81 31 78 71. epicerie-campillo.fr