Samedi après midi. 14h. La team est au complet et au Donjon du Capitole. Elle va en découdre avec la ville. Trois conquérants, prêts à affronter trois heures de jeu de piste. Un rallye urbain imaginé par l’agence Granhòta. 5, 4, 3, 2, 1… Top départ.

Le brief est assuré par Sylvie, de l’agence de loisir Granhòta, qui depuis deux ans propose des rallyes urbains dans la ville de Toulouse. On est au garde à vous .Baskets aux pieds, on est en tenue de guerrier. Il ne nous manque plus que la besace Granhòta. Avec, à l’intérieur, les munitions dont nous avons besoin pour notre périple : un stylo indélébile, un classeur, huit livrets d’expédition, deux fiches réponse et un contact téléphonique (en cas d’urgence seulement). On est vite opérationnel. Il faut maintenant effectuer la mission.

Granhota 1 ok

Direction : les Arcades du Capitole. Le parcours que nous avons choisi parmi les cinq possibles y démarre et se concentre sur le centre de la ville. On fait tout à pied. Et en civil. En ayant la possibilité de couper par une pause fraicheur, goûter ou du lèche vitrine. Sans pousser non plus trop long sur la détente, le compte à rebours est enclenché. Sylvie nous attend à 17h30. Sinon, peut-être, elle s’autodétruit.

On enchaine monuments, ruelles, hôtels particuliers et lieux d’intérêt. On répond à des questions patrimoniales, on cherche des codes secrets, on déchiffre des rébus, on bute sur des anagrammes et on découvre de nouveaux alphabets. On essaiera même de tricher. Sans succès. On n’est pas doué pour ça. Mais on ira jusqu’au bout. On ne désertera pas.

On est bien trop content d’en apprendre sur la ville, son patrimoine, ses illustres personnages et de passer un moment agréable sous le ciel bleu. L’ambiance est à la camaraderie plus qu’au commando. Mais on est déterminé à s’en tirer. On apprendra que l’on peut voir les os de Saint Thomas d’Aquin une fois l’an, que la vierge noire de la Daurade est habillée par un grand couturier, que le fantôme de Simon de Montfort hante nos quartiers. On apercevra la plus vielle toulousaine. On empruntera des ruelles inconnues. Pour une fois, on lira les panneaux et les pancartes qui expliquent la ville. Oui, on ne retiendra pas tout. Mais on n’oubliera pas de rire. Même avec d’autres équipes, familles, amis, croisés ça et là sur le parcours.

Granhota 2 ok

Après 3h30 de périple, de tournée des églises et de petites incartades (oui, j’avoue), nous retrouvons Sylvie place des Carmes. Nous ne sommes pas derniers. La mission est donc accomplie avec panache. C’est maintenant l’heure de la tournée des bars. Et du repos des guerriers.

www.granhota.fr