Samedi matin, 9h30, j’ai rendez-vous sur le parking du centre commercial de Labège pour une expérience inédite. Une fois arrivée sur place, j’enfile un casque, une combinaison, un masque : je suis ici pour tester le simulateur de chute libre de Flyzone. Et le ciel bleu, calme et limpide ne reflète en aucun cas ce que je ressens à l’intérieur de moi.

J’ai l’impression d’être une astronaute avec un objectif lune dans ma combinaison rouge et saillante épousant parfaitement les formes de mon corps. J’ai même une charlotte, un masque transparent et un casque assorti à ma tenue. Classe. Ce matin, 9h30, me voici en train d’écouter les conseils de Guillaume dans les locaux presque neufs de Flyzone. Le simulateur de chute libre de Lézignan a décidé de faire un petit tour près de la Ville rose. Et dans 20 minutes, je monte l’escalier pour atteindre la chambre de vol. Honnêtement, je suis -un poil- stressée.

Mais à côté de moi, il y a des personnes de tous âges qui attentent leur passage : des adultes, des enfants, des personnes d’un certain âge… alors, je me dois de regagner un peu de courage. D’un pas plus assuré grâce à mes co-équipiers d’aventures, je monte les escaliers. Je m’assois sur le banc. Je suis dernière sur la liste des prétendants.

Alors, je vois les premiers candidats entrer dans l’arène : un tube transparent de 5m40 de hauteur et 2m20 de largeur muni d’une soufflerie chargée de nous faire planer. Et fort heureusement, le grand plongeon se fait avec Caroline, la monitrice hyper sympa et rassurante. S’ensuit de courtes minutes de simulation de chute libre au-dessus de la soufflerie. On plie légèrement les jambes en arrière, les bras devant : on vole sans adresse avec chaque portion du visage déformé par l’air.

 

Mince. C’est mon tour. Je me lance. Même si j’ai toujours peur que moi, « reporter » de la catégorie des Bridget Jones, il ne m’arrive un malheur. Mais avec Caroline, j’ai confiance. J’entre dans la danse, je me plaque à la paroi puis je m’élance. D’abord mal assurée, mais bien tenue par la monitrice et puis de plus en plus à l’aise. On sort, et puis on recommence, suivant le nombre de vol que l’on a pu s’offrir.  Au fil des passages, on gagne en dextérité et en amplitude. Mais à chaque fois, j’ai les joues qui tremblent, je ris, ma bouche salive et se transforme. Vivre de telles sensations fortes, ce n’est pas un exercice de beauté. Avant moi, le petit spiderman et son père se sont éclatés. Ils ont réitéré l’expérience 5 fois.

Alors ? Franchement, le samedi matin, Flyzone m’a réveillé un bon coup et sans danger. Certes, ce n’est pas tout à fait l’incroyable sensation que j’ai ressenti à mon véritable saut en parachute effectué pour mes vingt ans. Mais c’est une expérience insolite, vivifiante et ludique… et peut-être pour les plus courageux… un excellent entrainement… avant le grand saut ! Depuis un avion cette fois !

www.flyzone.fr. Compter 89,90€ pour 30 min de vol en tout.