Hier soir avait lieu à 21h30 les auditions publiques du Bijou. Comme à son habitude, Philippe Pagès nous a fait éteindre nos portables, avant de nous présenter, à 20 minutes d’intervalle, six formations musicales aussi éclectiques qu’originales. On reconnaît bien là l’oreille affutée du bonhomme !

Mardi soir, au lieu de regarder X Factor, nous nous rendons d’un pas guilleret à ces fameuses auditions. Nous voici quatre jurés au gout bien tranché et à la langue pendue prêt à distribuer les bleus victorieux et les rouges déçus. Quelles fut donc nos impressions à l’écoute de cette programmation plutôt digeste, dirait-on, mais surtout farfelue ? Voyons.

Notre soAuditionPubliqueirée commence avec le « Trio Chaska » et c’est d’un accord quasi unanime que nous reconnaissions la qualité musicale de ce qui est finalement un quatuor. La sublime voix de la très jeune chanteuse mexicaine nous fait souvent oublier les mauvaises notes du violoncelle. Nous saluons la modestie de ces quatre musiciens qui ont su captiver la salle avant de troquer leurs chants mélancolique pour les hurluberluesques « Sœurs antienne ». Confirmation : elles en tiennent. Entre rires francs et sourire dubitatifs, nous hésitons beaucoup pour ce spectacle un peu trop burlesque et hors du temps. C’est un rouge, finalement. Alors qu’arrive la bonne surprise « Deni ». Gaillard chauve à l’air patibulaire qui s’avère être un excellent chanteur, un parolier sans gène à l’humour bien grinçant. C’est un mickey 3D qui aime la légèreté. C’est une histoire pas toujours triste sur fond de bossa nova C’est un rire aux éclats. C’est un bleu unanime. Vite, une date à Toulouse ! Nous on veut voir la suite!

Entracte. Le jury s’abreuve, discute et jauge. Il n’est pas toujours d’accord mais globalement content. Bien assis au troisième rang, pour rien au monde il ne laisse sa place. Continuons.

Surtout qu’arrive un trio de coiffures de compétition. « L’Emigrant » et leur contes enchanteurs, leurs mystères troubles et leur chanteuse qui en fait des caisses. Shakira n’est définitivement pas parmi nous. Rouge. Passons. Le duo suivant est un peu plus réjouissant. « Les fils de mon chien » font de la belle musique mais la basse n’est que murmure et la diction du pianiste à couette ne laisse par assez entrevoir les textes de sa chanson. Je mets un rouge, sans compassion. Le dernier candidat aux auditions est un artiste plein d’engagement, aussi minimaliste que son nom. « Leau », une sorte de Francis Cabrel à la guitare électrique emmène loin celui qui succombe à son talent. Jusque dans les bras de Morphée. Il est minuit. Je mets un dernier bleu. Je tape 3, n’envoie pas de texto et rentre à la maison.

> www.le-bijou.net