Du 13 au 31 mars 2019, les rencontres Traverse Vidéo entament leur 22e marathon dédié à l’art expérimental dans de nombreux lieux de la Ville rose. Enfin, c’est plutôt le public qui va devoir faire preuve d’endurance et adopter une foulée efficace s’il ne veut pas perdre une miette de ces expositions, projections, tables rondes et performances.

Depuis 22 ans, Traverse Vidéo œuvre à la découverte, au partage et à la valorisation de l’art dans sa création la plus expérimentale. « Notre objectif est de provoquer l’échange, parfois vif, entre les artistes qu’ils soient reconnus, émergeants et encore étudiant et le public », explique Simone Dompeyre, présidente et commissaire artistique de Traverse Vidéo.

Les cinq premiers jours, l’événement présente une cinquantaine d’artistes internationaux, nationaux ou régionaux : réalisateurs, vidéastes, installationnistes, photographes et performers. « Ils viennent aussi bien de Hong Kong que de Toulouse, il n’y a pas de hiérarchisation. Ni en fonction de leurs travaux, ni en fonction de leur origine », précise Simone Dompeyre. Les semaines suivantes, les expositions se poursuivent dans divers lieux et des visites guidées peuvent être organisées sur demande.

La base commune de la programmation ? Une thématique : L’Expérimental {recherche/art}. « Depuis le début de nos rencontres, nous défendons l’expérimental. Nous l’avons fait avec le cours métrage, le documentaire, jusqu’à ce qu’ils rejoignent les courants dominants. Nous nous intéressons à la différence, au particulier, à ce qui ne répond pas aux critères traditionnels artistiques. Et cette année, nous explorons les dessous de l’œuvre : ce qu’il y a derrière l’image, au sens du médium, de la machine, à ce qui a permis sa réalisation. Qu’est ce que je peux inventer, comment je peux réinventer le médium pour produire l’œuvre ? », explique Simone Dompeyre.

On tentera donc de trouver des pistes de réponse lors de ces journées marathon. Chaussez vos chaussures les plus confortables : voici un aperçu d’une journée de Traverse. Le vendredi 15 mars, la journée démarrera à 12h30 par des performances au Lycée Ozenne. Puis à 14h on pourra participer à un atelier avec trois artistes à l’ABC. A 16h30, on assistera à des projections de courts-métrages à l’UGC avant d’aller au vernissage de l’exposition de photographie de Chanwei Tang au Quai des Savoir. Enfin, la soirée finira au Cratère avec des projections prévues jusque minuit. Et des programmes comme celui-ci, il y en aura tous les jours, invitant le public à découvrir l’école Prepar’t, la Chapelle des Carmélites, la Galerie 3.1, à vivre la performance, Chiara Mulas, Ruviu-Biancu-Nigheddu aux Abattoirs. « Un festival qui traverse les disciplines, mais aussi les lieux culturels de la ville », précise Simone Dompeyre. Un festival qui porte bien son nom, finalement.

https://traverse-video.org/