J’ai adopté une figurine. Pas un gosse. Pas un mec. Non, une figurine sur le site de FOUNDIN. En clair ? La nouvelle expo de l’Espace Ecureuil joue une fois de plus la carte participative et nous emporte dans une expérience conviviale et créative… avec des personnages en miniature disséminés aux quatre coins de la ville.

L’essayer c’est l’adopter. Ça y est. Je l’ai. Elle est à moi, ma figurine ! Et j’ai fait attention à bien la choisir. Casquette dorée vissée sur la tête et les fesses sur un champignon rouge et vert. Petite. Mignonne. Décalée. Je l’ai adoptée, et accompagnée d’un petit message écrit à l’attention d’un quelconque quelqu’un. Comme une bouteille à la mer. Maintenant elle attend. Celui qui la recueillera et qui, peut-être, avec un peu d’inspiration et de curiosité, suivra la démarche Foundin et me contactera.

FoundinC’est quoi ce plan ? En mars et avril, la Fondation Ecureuil se lance donc un défi de taille et offre aux toulousains l’opportunité de vivre une expérience à la fois artistique et digitale. La fondation pour l’art contemporain a demandé à l’artiste Singapourien Tan Wei Keong de renouveler dans la ville Rose l’expérience qui avait remporté un franc succès l’an dernier à Singapour. Le principe ? Permettre aux toulousains d’adopter l’une des 900 petites figurines peintes par l’artiste, via le site internet de l’exposition (www.foundin.org) et de lui insuffler un message digital : un souhait pour l’avenir, une attente, un espoir…

Chasse au trésor. Alors, au mois d’avril, l’artiste et l’équipe de la fondation iront dans plusieurs lieux de la ville disperser les petites figurines. Une centaine par jour. Chacune d’entre elles appartiendra ensuite à celui qui la trouve. Elle sera accompagnée d’un lien internet pointant vers le site de Foundin, et d’un code, qui révèlera le souhait, l’attente ou l’espoir de la figurine et qui racontera son histoire… L’heureux détenteur de l’œuvre d’art pourra aussi retrouver son propriétaire d’origine… celui qui l’avait adopté quelque temps auparavant.

« C’est une initiative qui a pour but de connecter les gens entre eux et avec leur ville, de les encourager à échanger », a confié l’artiste Tan Wei Keong lors de la soirée de présentation. Derrière la médiation artistique, le message de Foundin est donc profondément humain, contemporain et poétique. Pour amener un peu de légèreté au printemps. Et vous, qu’attendez vous pour adopter la votre, de figurine ?

www.foundin.org