Alors, comme ça, Rio Loco abandonne ses contrées habituellement tropicales et ensoleillées pour les grands espaces celtes plus enclins à la grisaille ? Celte, oui ! Mais la musique réchauffe les cœurs et devrait chasser les nuages. Le Rio Loco 2016 se transforme en Crazy Loch. Le pari est audacieux. Mais le changement de cap, jouissif et salutaire.

Les «  Mondes Celtes »

Quels sont-ils ? « De la Galice à la Bretagne, des Cornouailles, du Pays de Galles, de l’Irlande, de l’île de Man et de l’Écosse, aux confins de l’Europe Occidentale, les provinces celtes du Sud au Nord forment un ensemble linguistique et culturel à part entière », explique Hervé Bordier, Directeur du Festival Rio Loco. Va-t-on entendre, du 15 au 19 juin le son des cornemuses et les chuchotements des légendes celtiques ? Un peu, surement, mais la diversité culturelle et musicale de ces contrées ne se limite pas à ces seuls clichés.

Les artistes

Oui, il y aura Patrick Molard, le sonneur de Cornemuse, mondialement reconnu dans l’univers du « ceól mór » ou « pibroc’h », un genre musical né dans les hautes terres d’Écosse. Oui, il y aura The Chieftains, véritable institution de la musique traditionnelle irlandaise. Et il y aura aussi des artistes plus alternatifs. Denez Prigent, l’enchanteur, le roi de la musique bretonne, ose déjà le mariage entre son chant traditionnel et les musiques électroniques, le hip-hop ou le jazz. Il y a aussi le hip-hop expérimental du tandem Hector Bizerk, le folk de Sam Lee et son répertoire atypique aux influences nomades. On ira profiter de l’énergie de Dropkick Murphys, un des groupes précurseurs en matière de punk celtique. On écoutera la musique captivante de The Magnetic North. Et puis… On ne boudera pas son plaisir d’aller croquer une fois de plus, la chanson dark et nostalgique de Miossec, la tête d’affiche venue des confins de l’hexagone.

Et puis…

On profitera de la parade bretonne le 19 juin dans le centre ville et des concerts qui suivront à l’hôtel d’Assezat. Car de plus en plus, le Rio Loco sort de sont lit pour inonder les quatre coins de la ville au delà de la Prairie des Filtres. On ira asseoir nos marmots devant les nombreux spectacles jeunes publics programmés au Rio Loco. On pointera le bout de son nez au village culturel : librairies, ateliers, associations, jeux et propositions artistiques seront au rendez-vous pour mieux découvrir les mondes celtes. Et pour ceux qui préfèrent les explorations culinaires, pas d’inquiétudes, vous trouverez Fish and chips et autres spécialités pour vous rassasier. Alors, sera-t-il aussi Loco que le Rio ce Loch 2016 ? Aucun doute là-dessus ! Avec un petit bémol sur l’augmentation des tarifs : la soirée se paiera cette année entre 7,50€ et 10€… et entre 25€ et 30€ le pass 4 jours…

Rio Loco, du 15 au 19 juin, Prairie des Filtres, Toulouse. www.rio-loco.org