Je les ai rencontrés à l’ouverture du festival Electro Alternativ’. Ils avaient crée un module de bar personnalisé aux couleurs du festival. Je les ai trouvés sympas, ouverts, doués, dynamiques, rigolos, et un peu beaux, aussi, ces gars. Alors quand ils m’ont proposé de venir voir leur atelier, à l’Espace 50cinq, je n’ai pas hésité. Juste avant l’inauguration de Mister Freeze, je suis allée retrouver Jean, pour en connaître un peu plus sur l’histoire et les activités de cette entreprise originale : Juicy Création.

> Tu peux me dire exactement où je suis là ?

J. : Tu es dans l’atelier de fabrication de Juicy Creation, que l’on partage avec David, ébéniste. Il travaille aussi avec nous, de temps en temps, lorsque nos projets inclus du travail sur sa matière. On fait parti de l’Espace 50cinq, un lieu hyper créatif qui favorise l’inspiration, l’entraide et l’échange. Et qui assoit notre image.

> Comment avez-vous eu l’idée de lancer ce concept de volumes personnalisés ?

J. : C’est Brice, le fondateur qui a eu cette idée en 2012. Il sort des Beaux-Arts. Il a fait beaucoup de fresques, beaucoup de Street Art. Petit à petit, il a glissé vers le volume. Il a vu que cela fonctionnait bien sur Toulouse. Il a développé l’activité et je l’ai rejoint début 2015.

> Donc Juicy s’inspire du Street Art pour s’appliquer sur du volume ?

J. : Pas seulement. La Pop Culture et le Street Art c’est dans notre ADN. C’est ce qui nous plait. Mais l’idée, c’est surtout de créer des vecteurs de communication un peu différents : des volumes, des sculptures, des installations hors-normes et sur-mesure qui se rapprochent du design, de l’art, de la communication, selon la demande.

> Quels types de demandes avez-vous ?

J. : On a des demandes « One Shot » pour lesquelles nous devons être réactifs. Par exemple des lettres géantes pour écrire un prénom ou une marque. Là, c’est de la technique, même si nous ajoutons toujours notre pâte, pour être fiers de présenter ce que l’on fait. Mais nous créons aussi des sculptures plus haut de gamme, qui impliquent toute une équipe et qui demandent une vraie réflexion et une démarche artistique. Ce fut le cas pour la sculpture que nous avons réalisé pour Thierry Mugler lors du lancement du Parfum AURA. Enfin, nous proposons des choses qui se rapprochent du design parce qu’il doit y avoir une fonctionnalité : un espace de test, d’exposition, sur un stand.

> Tu peux nous donner un exemple concret ?

J. : On a créé un stand pour le salon Virtuality l’an dernier où il fallait créer un espace de travail pour que nos clients puissent animer des réunions et à côté un espace de jeu ou le public teste des lunettes. On avait une consigne : nous lâcher ! Tout en menant une véritable réflexion sur les flux, l’usage et l’aspect pratique de notre aménagement, nous avons proposé une œuvre. On ne veut pas être de simples prestataires de volumes. Nous voulons vraiment apporter une dimension artistique à nos créations. Notre but : respecter un cahier des charges précis tout en apposant notre griffe.

> Et côté communication pure ?

J. : Nous avons mené le projet « météorites » avec Tonsor, pour le lancement de leur e-shop. Nous avons accompagné leur événement de lancement en installant d’énormes météorites en bois qui semblaient s’écraser sur la façade de la boutique rue Bouquières. On a dû créer un coffrage dans lequel on mettait nos œuvres pour ne pas les accrocher directement dans la brique.  Il fallait nous adapter à notre environnement.

> Du coup, toute la fabrication se fait ici ?

J. : Tout est fait à la main, ici, de manière artisanale. Pour la sculpture de Thierry Mugler on a créé tout un squelette en acier nous-mêmes et crée un habillage autour de l’alvéole végétale et d’un univers tropical. Nous avons apposé de véritables fougères d’acier découpées au laser. On les a pliées, travaillées et soudées unes à unes sur la structure. Puis nous avons peint. Un travail d’orfèvre. En tout, nous sommes sept dans l’équipe à occuper les postes de directeur de création, graphiste, responsable 3D, chef de projet ultra global  et « builders », spécialistes du bois et de l’acier.

> Comment trouvez-vous vos clients ?

J. : Par le réseau, le démarchage, on travaille aussi avec des agences d’évènementiel et de communication. On fait aussi pas mal de salon.

> Comment vous vous voyez évoluer ?

J. : On a déjà eu de beaux contrats cette année que ce soit à Toulouse ou à Paris. Notre objectif : devenir récurrent auprès d’agences parisiennes. On veut voir gros. On est en attente de projets importants et on assoit notre image. On a refait notre site internet. On cultive notre côté à part pour faire la différence. Et en général, ça marche.

Pour en savoir plus : juicycreation.fr