Festival Ciné Drive INPlus qu’un soir. Il ne vous reste plus qu’un soir et même quelques heures pour démarrer votre voiture américaine et filer à Labège au Festival Ciné Drive In. En plus, cette année, la rétrospective met à l’honneur un réalisateur de choix : Tim Burton. J’y étais hier. Je vous raconte.

Edward aux mains d’argent. Je n’ai pas revu ce film depuis ma toute jeune vingtaine. Et cela fait un moment ! Je prends donc ma voiture italienne, tant pis, et mon frère, surtout, direction le festival Ciné Drive In du centre commercial Labège 2 pour visionner ce grand classique du cinéma prêté part la Cinémathèque. Mais d’une manière tout à fait inédite… en tout cas pour moi !

A notre arrivée, de jolies jeunes filles en costume de pilote nous remettent des clés. Ce sont celles de notre Citroën DS, pas vraiment américaine, mais très bien située, juste derrière les transats, mais surtout au centre de l’écran géant. Nous prenons place à l’avant, tandis que les voitures des particuliers, à l’arrière commencent à se garer en ligne. Ceux qui ont choisi l’option « plein air » prennent place sur les chaises longues, disposées au premier rang et munies d’un plaid. Le festival s’anime, on entend les premiers klaxons.

Le film commence à 21H. Avant, il y aura eu un petit concert et une démo de patins. Avec mon frère, ça nous rappelle le gala de Montréjeau et les cours de roller que nous prenions à Balma, avec Madame Brun. Cinq ans de pratiques, ça rappelle des souvenirs. Même si le niveau est resté approximatif, que cela soit ce soir pour le festival ou lorsque nous étions bambins. Bref, le film se fait attendre. Et le ventre gargouille.

Mais nous sommes reçus comme des petits princes : dans la voiture, il y a du pop-corn et des mugs pour
le café. La jolie jeune fille en combinaison de pilote noire et jaune est venue prendre notre commande. Car on peut grignoter sur place avec les petits en-cas des restaurants de la galerie marchande, partenaires de l’évènement. Nous, on opte pour le menu complet du Backpack Café : burger, frites, poulet tikka, yaourt glacé et thé froid. On nous l’apporte directement à la voiture, juste avant que le film commence. Timing parfait.

Soudain, tout s’éteind : les phares comme les lumières. La radio est branchée sur 89.1 FM. Le générique démarre. Le son se dégage clairement de l’auto radio. Johnny Depp entre en scène et le film, assaisonné de caramel et d’épices masala est une régalade. Drôle, émouvant, cruel, parfois. On le déguste allongé dans notre siège. Mais Tim Burton se suffit à lui-même et à la fin, la larme à l’œil, on a du mal à rendre les clés. Pas pour repartir avec la voiture, mais surtout parce que l’on voudrait, encore un peu, rester. Mais on se dit que l’on reviendra l’année prochaine, avec, qui sait, une famille au grand complet ?

Réservations obligatoires sur la billetterie en ligne : www.labege2.com (10,00 € la voiture/4,00 € le transat)